Dialoguer dans une langue inconnue

Grommelot

Dans les années 30, Milton Erickson est psychiatre dans le Wisconsin, etc.
Un jour, il rencontre un patient qui parle depuis « longtemps » uniquement dans un grommelot incompréhensible.
Erickson demande à une collaboratrice de sténographier 3 minutes de grommelot et de le dactylographier.
Erickson s’imprègne des mots et de la syntaxe du « langage » du patient et commence à dialoguer avec lui en utilisant uniquement le grommelot – avec un non-verbal très synchronisé.
Au bout d’un « certain temps » – quelques jours ? quelques semaines ? – le patient dit à Erickson : « Dites moi Docteur Erickson, si on passait à autre chose … »

La langue de l’âme errante

Dans une soirée de « musique chamanique » Keria entre en transe.
Une âme errante s’exprime par sa bouche dans une langue inconnue.

Daniel – qui connait la pratique d’Erickson décrite ci-dessus – prend un tambour et dialogue avec l’âme errante en utilisant les mots de sa langue.

Lorsqu’elle sort de sa transe, la dame demande conseil à Daniel sur « Comment faire ? » avec ces transes qui lui arrivent depuis quelque temps.

.

.

.